Chat with us, powered by LiveChat
ss_loading

Promotion en cours

Obtenez votre prochaine expérience thermale gratuitement à l’achat de 100$ et plus en produits de la boutique Strøm. Offre en vigueur jusqu’au 29 février 2020. Valide en ligne seulement.

Infolettre Strøm

Recevez chaque mois de l’information sur les nouveautés, promotions et suggestions santé !

    Remarque: Comme l'a indiqué Statistique Canada, les Canadiens transgenres, transsexuels et intersexués devraient indiquer le genre (homme ou femme) auquel ils s'associent le plus.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Sélectionnez un spa

Retour en haut
Aide

Cinq livres pour respirer le temps

10 décembre 2019 par Nicolas Gendron, journaliste et critique de cinéma

LE TEMPS QUI FILE — Dans notre course incessante contre le temps, la littérature s’impose comme l’une des plus belles façons de s’en extirper, de l’embrasser, de le freiner, de le rembobiner ou de l’affronter. Arrêt sur image(s), pour humer les secondes.

IL PLEUVAIT DES OISEAUX

De Jocelyne Saucier (XYZ, 2011)

Inspiré des feux de forêt les plus meurtriers de l’histoire canadienne, qui ont fait rage en 1916 dans le nord de l’Ontario, ce récit magnifique à plusieurs voix, signé par la romancière Jocelyne Saucier, est baigné de clair-obscur, malgré le souvenir lancinant des flammes. Trois hommes « épris de liberté » vivent en ermites dans cette forêt qui a repris ses droits. Leur quiétude sera toutefois troublée par l’enquête d’une photographe qui, trop curieuse à leur goût du passé d’un des leurs, bouscule leur « pacte de mort qui donne son sel à la vie ». On y savoure une écriture aussi énigmatique que délicate, traversée par des figures vastes comme le poids des blessures d’antan. Depuis septembre, l’oeuvre connaît une nouvelle vie au cinéma dans une adaptation de la réalisatrice Louise Archambault (Gabrielle, Trop), qui y dirige une distribution tout étoile, comprenant Rémy Girard, Andrée Lachapelle et Eve Landry. À (re)découvrir, pour évoluer hors du temps.

SLEEP STORIES

De Phoebe Smith (Calm, 2017 à aujourd’hui)

Vous êtes en guerre contre l’insomnie ? Et vous avez aussi toujours rêvé de monter à bord de l’Orient-Express ou de sonder les mystères des forêts marocaines ? L’autrice Phoebe Smith est sans doute la plume qu’il vous faut. Grande voyageuse devant l’éternel, la Britannique est la chef de file du mouvement de la slow littérature, qui vise non pas à vous captiver jusqu’à la dernière page, mais bien à vous endormir en douceur. Oui, vous avez bien lu ! Celle qu’on surnomme la J.K. Rowling de ce mouvement nous fait profiter de ses carnets de voyage en Suède, au Népal ou à Madagascar pour nous entraîner sur des chemins méditatifs, en collaboration avec l’application Calm et sa série de Sleep Stories. La plus populaire d’entre elles, Blue Gold, est d’ailleurs racontée par l’acteur Stephen Fry, le narrateur des livres audio de… la saga Harry Potter ! Sa voix ensorceleuse a vite fait de transformer en lits douillets les champs de lavande de la Provence. blog.calm.com

L’ORIGINE DE MES ESPÈCES

De Michel Rivard (Spectra Musique, 2019)

À quand remonte la dernière fois où vous avez écouté un album de musique dans l’ordre et sans interruption, de la première à la dernière chanson ? Toujours armé de sa guitare et de ses mélodies enveloppantes, Michel Rivard « arrive à pied du vingtième siècle », puisque « c’est tentant pareil de tenter le temps / de tâter l’ancien temps / d’étendre le temps sur la corde à linge de la ruelle Marquette ». Dans ce livre-disque tiré du spectacle du même nom, qui sillonne depuis le printemps les routes du Québec avec grand succès, l’auteur-compositeur-interprète nous fait cadeau d’une dizaine de nouvelles chansons, mais surtout se prête au jeu du dénuement autobiographique avec finesse et autodérision. Comme le titre l’évoque, il retrace le parcours troué de sa « maman mélancolie » et de son père avec « sa voix d’acteur / qui parlait peu ». Et entre les deux s’interroge le petit Michel, « accident de l’amour », conteur doué… et nouvelle révélation, après toutes ces années. Extrait lu et chanté par Michel Rivard : icimusique.ca

CLIN D’OEIL AU TEMPS QUI PASSE

D’Antonine Maillet (Leméac, 2019)

L’ex-Beau Dommage n’est pas le seul à regarder dans le rétroviseur. La créatrice de La Sagouine, l’irrésistible Antonine Maillet, ose pour la première fois, et sans pudeur, nous convier dans la « valse à trois temps » de sa vie, dans ces étapes qui sont aussi les nôtres : « l’aube, le plein jour, la brunante ». Avec le Temps pour unique personnage, « fuyant, capricieux, insaisissable », la célèbre Acadienne trahit sans relâche son souci du mot juste, tout en évoquant le mensonge coupable de l’écrivaine en devenir, sa compassion pour Anne Frank née comme elle en 1929 ou son attrait pour les marges de l’existence. Incorrigible rêveuse, qui écrit « comme chacun respire », elle fait surgir au détour Évangéline ou Pélagie-la-Charrette, le président Mitterrand ou la Mecha de son coeur, entre respirations historiques ou fictionnelles, représentations publiques et offrandes de l’intime. Un cadeau de soie à soi.

CE QU’ON RESPIRE SUR TATOUINE

De Jean-Christophe Réhel (Del Busso, 2018)

Premier roman d’un poète maintes fois salué pour sa voix unique et son humour désarmant (Les volcans sentent la coconut, La fatigue des fruits), Ce qu’on respire sur Tatouine nous fait rencontrer un alter ego de son auteur, atteint comme ce dernier de fibrose kystique, mais là s’arrêtent les comparaisons. Fans de Star Wars, attendez avant de crier au meurtre orthographique ! Si l’antihéros du moment a lui aussi une fixation pour la franchise de George Lucas et donc pour Tatooine, la planète désertique d’où provient la famille Skywalker, il préfère s’en inventer une nouvelle, « presque comme la vraie, mais juste assez différente », pour mieux endurer ses quarts de travail au Super C ou les textos tardifs d’Amidala, son amour naissant. Ode à l’imaginaire comme rempart contre la morosité ambiante, se jouant du cliché du poète paumé avec un plaisir contagieux, ce livre détonnant est le plus récent lauréat du Prix littéraire des collégiens. Et il ne l’a pas volé. Extrait du roman lu par Emmanuel Schwartz : facebook.com/jcrehel

Vous aimerez aussi ces articles