ss_loading

Mise à jour des services offerts

Pour tous nos établissements

Tous nos services sont offerts à nouveau. Profitez de nos sites enchanteurs, de l’expérience thermale (incluant les saunas et bains vapeur), de nos aires de détente intérieures et extérieures ainsi que de nos salles à manger et terrasses. Les soins en massothérapie et en esthétique demeurent également offerts.

Infolettre Strøm

Abonnez-vous à l’infolettre Strøm afin de recevoir nos promotions exclusives, les articles du magazine et les événements à venir.

    Remarque: Comme l'a indiqué Statistique Canada, les Canadiens transgenres, transsexuels et intersexués devraient indiquer le genre (homme ou femme) auquel ils s'associent le plus.
  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.

Sélectionnez un spa

Retour en haut
Aide

Rêver le monde en attendant de le parcourir

12 juillet 2021 par Franck Laboue, Voyageurs du Monde

Deux mille vingt nous a déboussolés. Il n’est pas évident de garder les pieds sur terre, et d’oser planifier un voyage. Mais on ne peut pas confiner les rêves. Nos envies d’ailleurs font des étincelles dans nos esprits en ébullition. On repense alors à ces vieux projets, ceux que l’on gardait pour plus tard. C’est le temps de ressortir nos bucket lists. C’est un moment de plaisir qui nous sort du quotidien. On observe alors d’autres horizons, d’autres lendemains. Parce que préparer un voyage, c’est surtout le début d’une évasion ; ce sont des premières lectures, des émotions naissantes pour un autre pays.

Avides de nouvelles rencontres, de dépaysement : notre fougue est insatiable, ancrée en nous. Escapade en Patagonie, bulle africaine ou cachette en Italie : c’est certain, on reprendra la route dès que possible. Rien ne nous empêche de voir plus loin, de regarder les derniers instants de l’année 2021, mais aussi de penser à 2022. Le calme ne va pas durer, voici nos bouts du monde, en quatre temps.      

Glaciers, entre Argentine et Chili

Et si l’on prenait la route ? Non pas sur le bitume de la Californie, mais plutôt côté sud, sur la Transpatagonienne, toujours plus bas. On remplacera alors la vallée de Yosemite et le désert de la Mort par le Fitz Roy et le Perito Moreno, toponymies des latitudes australes. C’est un appel à l’aventure qui porte plusieurs noms, Patagonie et Terre de Feu seront nos escales d’un exotisme sans pareil, tout au bout de la route. C’est à cheval entre l’Argentine et le Chili que l’on s’évadera sur notre destrier à quatre roues. S’y dérouleront des paysages multicolores. Déserts roses, montagnes noires et blanches, vignes vert pur, plages dorées, pampa rousse, glaciers bleus.

Elle est fascinante cette région du monde ; ce n’est pas pour rien qu’elle fait couler de l’encre, de Jules Verne à Bruce Chatwin. On explorera à pied ou à cheval le lac Argentino, là où se jettent glaciers et îlots, et où dérivent des icebergs. On restera interdits devant le maître des glaciers, le Perito Moreno, immense fabrique de glaçons dont les grands pans bleutés, sous la poussée de la glace plus jeune, finissent leur vie par une action d’éclat, s’effondrant dans le lac dans un tonitruant fracas. On roulera plus au sud encore, vers la Terre de Feu, vers Ushuaïa, la ville la plus au sud du monde. Le bout du monde ? Non. En Argentine, on peut toujours pousser le voyage un peu plus loin, vers le cap Horn, puis l’Antarctique…

Aventures en Ouganda : sur les traces des primates

L’Afrique centrale est irrésistible. Passée notre fièvre pour les grandes migrations en Tanzanie, on jettera notre regard pétillant sur le cœur de tout un continent. Dans les montagnes de l’Ouganda, les gorilles sont les rois. Touchants et impressionnants, forts et fragiles, nos grands frères ne sont plus que quelques centaines dans le monde. La moitié trouve refuge dans le parc national de la Forêt impénétrable de Bwindi. Un nom qui invite à la découverte, qui excite l’imagination. C’est une forêt dense, remarquable, un des plus riches écosystèmes africains. On se prend alors pour un explorateur, chapeau vissé sur le crâne, bâton de marche en main et sac accroché sur le dos. Tout est possible, tout émerveille.

La forêt nous enserre, nous étouffe, pour mieux nous surprendre. Rencontrer les gorilles se transforme alors en une expédition mémorable : six heures du matin, le jour se lève sur les monts de la lune, les volcans et les mille collines environnantes sont noyées dans la brume. On part à pied à travers la forêt de bambous, à près de 3000 mètres d’altitude. Soudain entre les branchages, des yeux nous fixent. Silence, des branches craquent. Un, puis deux gorilles passent dans la clairière. Quelle tendresse dans ce face-à-face qui semble tellement humain. On réalise un rêve d’enfant, mais même fabulée des années durant, rien ne prépare au choc d’une telle rencontre.

Vergers et monastères : les cimes du Ladakh

Le Ladakh ressemble à un pays perdu dans des montagnes immenses. Et c’est un peu ça. C’est aussi, depuis de nombreux siècles, un lieu de passage. La vallée de l’Indus est un lien entre l’Inde et le Tibet. Les caravanes y ont transporté des denrées, des idées, des croyances, des arts. Le Ladakh a su tirer profit et s’enrichir de ces apports. On s’étonnera surtout des vergers d’abricotiers, de pommiers, d’amandiers qu’entretiennent les villages le long de hautes vallées minérales. Les paysages sont amples, grandioses, mais ce sont les détails qui font leur saveur. Voyager au Ladakh, le « pays des hauts cols », c’est toucher du doigt le Tibet et tutoyer les sommets.

Perchée à plus de 5300 mètres en moyenne, la région est cernée par l’Himalaya au sud et le Karakorum au nord. Royaume du trek d’altitude, le Ladakh offre un terrain de jeu unique aux randonneurs endurants. On traîne nos souliers jusqu’aux monastères d’Hemis, Lamayuru ou Thiksé, jusqu’à Leh, capitale régionale, ou sur les rives de l’Indus ou du lac Pangong. Il y aura des drapeaux de prière, des chörtens et des coups de trompe. À chaque zone, ses monastères, ses moines à bonnets rouges ou jaunes. Avec toujours, en contrebas, le flux de l’Indus. Au Ladakh, le bouddhisme est tibétain dans ses écoles, mais aussi cachemirien dans son expression artistique. C’est un pays à personnalité ouverte, vivant. Un voyage de sommet en sommet.

Les Pouilles : la beauté brute italienne

On ne voyage pas dans les Pouilles comme ailleurs en Italie : on pédale pour aller à la plage, on se prélasse au soleil, on patiente au volant pendant que les brebis traversent, on sirote l’apéro à l’heure de la passegiata… Ici, on lâche prise, on savoure tous les charmes du talon de la botte, l’axe où toute l’Italie pivote.

Tout s’appuie donc sur les Pouilles, et si ces dernières n’ont pas le brillant de la Toscane ou de la Vénétie, elles n’en sont pas moins une Italie essentielle. C’est un pays souvent aride, aux paysages râpeux et bousculés. Mais les oliviers et la vigne y font un liseré vert sombre à la terre blanche et au ciel bleu. La nature embaume et fournit aux tables de quoi se distinguer.

Au nord, l’éperon de la botte – le parc de Gargano – se charge de donner un coup de vert à l’ensemble. Au centre, c’est un pays de roches et de lumière à l’image de l’incomparable Matera et son habitat troglodyte, ses églises rupestres couvertes de polychromies byzantines. Dans la région, l’histoire a piétiné et laissé des traces émouvantes, baroques et belles, des villes aux campagnes. Au sud, le talon oscille du baroque au balnéaire. Tel un décor de théâtre aux couleurs chaudes et à l’atmosphère raffinée, Lecce met en valeur un peuple fier de sa descendance, sans oublier de s’amuser.

Le voyageur voit tout cela avec bonheur en parcourant les petites routes, en s’arrêtant dans les villages, en buvant un verre de Locorotondo ou d’Aleatico de Puglia, en glissant d’une crique à l’autre. La plus belle région d’Italie ? Peut-être. En tout cas, en termes d’art et d’architecture, elle n’a rien à envier aux autres parties de la botte.

Vous aimerez aussi ces articles