Chat with us, powered by LiveChat
ss_loading

Entre bonnes mains

Réouverture graduelle

Suite à l’annonce du gouvernement et de la santé publique concernant les soins de santé privés, esthétiques et corporels, nous sommes très heureux de vous annoncer que les Strøm spa nordique procéderont à la réouverture des services suivants à compter du 1er juin 2020 :

  • Services de massothérapie pour nos établissements de l’Île-des-Sœurs, Mont-Saint-Hilaire, Sherbrooke et du Vieux-Québec;
  • Services de soins esthétiques pour nos établissements se situant à l’extérieur de la CMM, soit ceux de Sherbrooke et du Vieux-Québec.

Nos autres services, dont l’expérience thermale et la restauration, demeurent fermés jusqu’à nouvel ordre.

Infolettre Strøm

Abonnez-vous à l’infolettre Strøm afin de recevoir nos promotions exclusives, les articles du magazine et les événements à venir.

    Remarque: Comme l'a indiqué Statistique Canada, les Canadiens transgenres, transsexuels et intersexués devraient indiquer le genre (homme ou femme) auquel ils s'associent le plus.
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Sélectionnez un spa

Retour en haut
Aide

Ralentir pour le bien du cerveau de votre enfant

20 février 2020 par Marie-Ève Caron, ergothérapeute et fondatrice de Ü Baby

UNE ÉTAPE À LA FOIS – Le temps file à la vitesse grand V, la moindre seconde est meublée, occupée, surchargée. On pense au futur, sans prendre le temps de vivre le moment présent. En un battement de cils, les enfants marchent, entrent à l’école, demandent les clés de l’auto, tombent amoureux et sont diplômés de l’université.

Les nouveaux parents sentent souvent l’urgence de profiter de la petite enfance, tant celle-ci leur glisse rapidement entre les doigts. La vie va vite et il est tout à fait normal d’avoir parfois envie de peser sur « pause », de reprendre son souffle et de ralentir la cadence. C’est là que le concept du slow parenting entre en jeu.

La parentalité proximale et le slow parenting

Les différents concepts que l’on attribue à la parentalité proximale flirtent à coup sûr avec le slow parenting. De fait, la motricité libre, l’alimentation autonome ou diversification alimentaire menée par l’enfant (DME), l’allaitement, le portage et le cododo ont tous cet objectif commun de prioriser le rythme unique de chaque enfant. En outre, l’enfant commence, dans les premiers mois de sa vie, à contrôler sa tête, à rouler, ramper, marcher à quatre pattes et à faire la marche du singe, à construire sa force, son contrôle postural et sa coordination. Il développe des repères du temps et de l’espace qui lui serviront toute sa vie, autant pour sa motricité que pour la poursuite de toutes ses occupations.

Le cerveau construit alors des zones précises qui vont s’occuper respectivement et spécifiquement de chaque partie du corps de l’enfant : des zones mnésiques, limbiques ainsi que des fonctions exécutives. Ces zones primaires sont des piliers de la maturation de la communication, du langage et des apprentissages cognitifs (scolaires). Selon Ghassabian et al. (2016) et l’Upstate KIDS Study, « l’âge de la réalisation des étapes neuroévoltuives peut en partie prédire le niveau de cognition éventuel de l’enfant. […] on constate une corrélation linéaire entre l’âge de réalisation des étapes neuroévolutives, le QI chez les adolescents et la performance neuropsychologique à l’âge adulte. » Ainsi, on observe que ce qui se passe dans la première année de vie du nourrisson peut avoir une importance significative pour le futur de l’enfant.

On comprend donc qu’il n’est pas forcément souhaitable que l’enfant franchisse certaines étapes plus tôt que prévu. À 8 mois, plutôt que de l’encourager à marcher, il est généralement plus sage de respecter son envie de ramper au sol afin de lui permettre de vivre sainement son développement neurologique. Ce concept de motricité libre s’inscrit dans le respect du processus de maturation du cerveau du tout-petit et en favorise ainsi le développement.

À plusieurs égards, le parentage proximal et bienveillant s’inscrit dans le mouvement du slow parenting. Dans les deux cas, on invite l’enfant à expérimenter et à explorer par lui-même, en l’observant et en l’assistant au besoin. On donne de cette manière le temps à l’enfant d’en être un pleinement.

Le slow parenting ne suppose pas de tout mettre au neutre, mais plutôt de se réapproprier son temps, de profiter des petits plaisirs du quotidien, d’être plus présent dans l’immédiat et d’améliorer sa qualité de vie. On aide de ce fait les enfants à trouver leur rythme tout en favorisant leur autonomie et en valorisant la communication et la création de liens interpersonnels.

Et si le nouveau-né suit de façon innée son propre rythme, il faut savoir que l’environnement dans lequel il évoluera ensuite peut favoriser cette propension à s’écouter, ou au contraire lui nuire. C’est à ce moment que le concept du slow parenting prend tout son sens : les expériences sensori-motrices agissent sur l’architecture du cerveau. La proximité permet d’être à l’écoute des besoins et des désirs de bébé, et la façon dont vous répondez à ses besoins aide à créer des connexions cérébrales qui fournissent une base solide pour tout ce qui l’attend dans la vie.

Un mode de vie à adopter et à adapter

La mise en pratique du slow parenting ne requiert pas d’aptitude précise et s’intègre facilement à la vie de tous les jours. Un truc simple est d’abord de prendre exemple sur les enfants. La perception du temps n’est pas la même pour eux, car ils sont davantage ancrés dans le moment présent, insouciants de ce qui se passera dans le futur et de ce qui est survenu dans le passé. Choisissez aussi des activités pour qu’elles soient amusantes pour tout le monde, et non pas pour le temps qu’elles occupent à l’horaire. Sortez à l’extérieur ! Profitez-en pour observer ce que la nature a à offrir : ses sons, ses couleurs, ses odeurs et ses textures. L’extérieur propose une magnifique occasion de dialogue avec l’enfant sur ce qu’il voit, ce qu’il sent, ce qu’il touche.

S’ajuster en fonction des besoins des enfants, se laisser porter par leur rythme à eux et observer le monde tel qu’ils le perçoivent donnera le ton à une vie plus lente et plus douce.

Vous aimerez aussi ces articles

Initier les tout-petits aux bienfaits de la détente

21 février 2019 par Strøm spa nordique

Nouvelle époque, nouvelles approches Avec l’avènement de la culture du bien-être et la reconnaissance de nouvelles approches pour accéder à cet état, divers milieux (psychologique, social, familial) se sont questionnés sur le bien-être des enfants, faisant ainsi lumière sur de nouvelles disciplines. Les enfants ont besoin d’espace et la nature leur en offre à profusion. […]

La parfaite routine pour surmonter les bas de l’hiver

28 décembre 2017 par Marie-Ève Trudel, ambassadrice Lolë et fondatrice yogacamp.co

La nature est rythmée par le cycle des saisons : la frénésie de l’été laisse place progressivement au repos de l’hiver. Nous avons parfois tendance à oublier que nous aussi, nous avons besoin de repos et de nous recentrer. Ainsi, en cette période de l’année, nous vous invitons à ralentir et à adopter une routine votre […]