ss_loading

Infolettre Strøm

Abonnez-vous à l’infolettre Strøm afin de recevoir nos promotions exclusives, les articles du magazine et les événements à venir.

« * » indique les champs nécessaires

Genre*
Remarque: Comme l'a indiqué Statistique Canada, les Canadiens transgenres, transsexuels et intersexués devraient indiquer le genre (homme ou femme) auquel ils s'associent le plus.
Date de naissance
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Sélectionnez un spa

Retour en haut
Aide

Le monde du travail a considérablement évolué dans les dernières années, sur plusieurs plans. L’avènement massif du télétravail et la désoccupation progressive des espaces de bureaux qui accueillaient jadis des équipes complètes, cinq jours sur sept, en sont de véritables exemples.

Désormais, le télétravail a la cote, et si l’on se fie aux travailleurs, il serait là pour rester, du moins en partie. Un sondage effectué au Québec à la fin de 2022 révèle en effet que chez 85 % des employés, le travail hybride aurait eu un impact positif sur l’équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie personnelle1. Une autre étude du CIRANO, le Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations, indique que la satisfaction des employés quant au travail serait proportionnelle au nombre de jours par semaine passés en télétravail2.

La question se pose donc : comment concevoir des bureaux quand l’idée de se déplacer tous les jours pour aller travailler semble de plus en plus obsolète ? Le bureau appartient-il au passé ? Voici en quatre points les éléments à considérer dans ce nouveau paradigme du travail.

kaboompics wooden desk laptop home office minimalist warm minimal 28777 WEB - Aménager des bureaux à l’ère du travail hybride : Un défi contemporain

la réattribution logique des espaces 

Dans une réalité où les travailleurs assurent désormais leurs fonctions depuis la maison au moins une partie du temps, les bureaux que louent ou possèdent les entreprises sont devenus trop grands. On doit donc re- penser leur aménagement pour permettre à ceux qui s’y présentent de bénéficier de l’ambiance la plus agréable possible, nous explique Marc-André La Barre, fondateur de Lib., une entreprise spécialisée dans la conception et la réalisation d’espaces de travail : « On évalue les besoins, à savoir combien de postes occupés à temps plein sont nécessaires, combien de postes non assignés, de salles de réunion, etc. Ensuite, soit on cherche un nouvel espace, soit on travaille en fonction de ce que l’on a. »

Si l’on conserve un espace que l’on occupait déjà, on pourra par exemple convertir de grands bureaux d’angle qui ne servent plus au quotidien en postes de travail non assignés, afin de permettre aux employés de bénéficier de l’espace, de la lumière, et souvent de la vue qu’offre ce genre d’em- placement. La dépossession de certains bureaux individuels afin de les transformer en espaces partagés est logique dans ce contexte, mais demande toutefois une adaptation. L’être humain étant territorial, il s’identifie souvent à son espace de travail, et les entreprises devront miser sur autre chose que la personnalisation d’un bureau pour entretenir le sentiment d’appartenance. Ce sera plutôt une atmosphère, un lieu de partage interactif et une dynamique que l’on viendra chercher3.

« On veillera aussi à maintenir les espaces plutôt petits, ou en tout cas pas trop grands, car il n’est pas intéressant pour un employé qui vient travailler de se sentir seul dans un grand espace vide. Oui, le pied carré coûte cher, mais ce n’est pas juste une question d’argent; il faut aussi se sentir bien quand on s’y rend », poursuit Marc-André.

« Quand ils ne sont pas propriétaires, les organisations qui louent les espaces ont sou- vent contracté des baux de cinq, dix, voire quinze ans. » Difficile donc de se défaire d’un espace pour en trouver un plus petit. Pour cette raison, beaucoup de locaux sont présentement en sous-location, ce qui a aussi l’avantage, pour les entreprises cherchant à avoir pignon sur rue, de constituer une option clé en main, dont les meubles et objets pourront servir une deuxième fois. Certains propriétaires de tours à bureaux convertis- sent par ailleurs une partie de leurs pieds carrés en espaces communs, et offrent désormais un gym, un comptoir santé, un service de nettoyeur, des bornes de recharge pour les véhicules électriques. S’ils veulent d’une part rentabiliser l’espace disponible, ils souhaitent surtout favoriser la rétention des locataires en leur donnant accès à des services pratiques qui rendent plus attractif le fait de se déplacer pour aller travailler.

les aires ouvertes

La popularité des aires ouvertes ne date pas d’hier, mais leur pertinence est plus d’actualité que jamais, car aujourd’hui, « on se déplace pour aller voir du monde, sinon on travaille de chez soi ou d’ailleurs», affirme Marc-André La Barre.

L’aire ouverte, si elle a le mérite de coûter moins cher qu’un espace cloisonné, se démocratise aussi parce que les gens recherchent le contact avec les autres quand ils se déplacent. La concentration, que l’on obtient à la maison, n’est plus aussi essentielle qu’avant.

« Lorsque l’on parvient à comprendre qui vient au bureau, quand, et pour quelle rai- son, on est capable d’aménager l’espace de façon adéquate. En plus de l’aire ouverte, d’autres espaces comme les salles de collaboration, les grandes salles de réunion, les cafés ou les cafétérias permettent de se rencontrer et de travailler conjointement sur des projets. »

la technologie

D’ailleurs, de nouvelles technologies seraient à même de nous renseigner sur les besoins réels en matière d’utilisation de l’espace.

En effet, les bureaux de demain pourraient être munis de capteurs qui collecteraient des données sur la fréquentation réelle des aires de travail. Par exemple, ceux-ci per- mettraient de détecter le mouvement sur et autour d’un bureau donné et de reconnaître les moments où les lumières sont allumées, entre autres. Les données récoltées grâce à des applications de réservation des postes non attribués ou des salles de conférence pourraient également être mises à profit pour une compréhension approfondie des habitudes des travailleurs. Néanmoins, la question de l’atteinte à la vie privée se pose ; il faudra déterminer jusqu’où nous sommes prêts à aller dans la collecte d’informations pour adapter les espaces de travail à notre nouvelle réalité4.

Dans le même ordre d’idées, l’accessibilité des employés à des dispositifs technologiques simples et fonctionnels est un point à ne pas négliger dans la conception des espaces de travail contemporains. « Ce n’est pas vrai que tout le monde a les outils audiovisuels à la maison pour effectuer des réunions avec plusieurs personnes toutes situées à des endroits différents. Proposer au bureau des salles de réunion bien équipées, munies d’une bonne caméra qui permet à ceux qui sont à distance de sentir qu’ils sont présents, c’est important, et ça apporte de la valeur à l’espace de travail », renchérit Marc-André. À condition que ces outils soient simples d’utilisation, tant au bureau que virtuellement ! L’idée est de faciliter la vie des gens, et non de leur ajouter du stress4. La fluidité et la facilité des communications permettront de maintenir un équilibre dans le rythme de travail, et de promouvoir l’inclusion générale de tous les employés, peu importe où ils se trouvent.

La montée en popularité du télétravail et les technologies nécessaires pour soutenir cette nouvelle façon de faire ont accéléré les besoins d’investir dans la transformation numérique, dans la création d’espaces de travail virtuels où les collègues peuvent collaborer et échanger à distance. L’émergence de nouvelles pratiques engendre nécessaire- ment la disparition d’autres, comme les postes téléphoniques, alors que les appels ont pour la plupart migré vers les applications de communication collaborative5.

les incitatifs au déplacement

« Les employeurs ont compris qu’ils n’avaient pas besoin que leurs employés soient physiquement au bureau pour performer. C’est pourquoi il faut maintenant donner une raison aux gens de se déplacer, car c’est souvent plus efficace de rester à la maison et de sauver une heure ou deux de transport», admet Marc-André. Le facteur de motivation premier est de pouvoir échanger avec ses collègues, et un espace bien conçu per- mettra ça, d’abord et avant tout. « Certaines organisations avec une culture plus sportive pourront mettre à la disposition de leurs employés une salle de sport, des douches, des supports à vélos. On installera parfois des aires de jeux, mais les gens ne se déplacent pas pour venir jouer au bureau», conclut-il.

En somme, on comprend qu’il n’y a pas de formule magique pour aménager des espaces dans un contexte en pleine évolution. Même si certaines tendances peuvent être dégagées, les besoins des organisations et de leurs équipes demeurent au cœur de la solution. Et pour les grandes tours qui, encore à ce jour, demeurent inoccupées, la reconversion en logements est dans la ligne de mire, faisant glisser la discussion vers une autre réflexion, sociale cette fois-ci, sur la revalorisation d’espaces sous-utilisés en contexte de pénurie de logements.

LE CAMPUS DU STRØM SPA NORDIQUE

Après avoir déménagé son siège social de L’Île-des-Sœurs à Brossard en 2020, les bureaux du Strøm spa nordique s’établiront bientôt sur les berges du bassin de Chambly. En effet, le campus Strøm ouvrira ses portes à l’été 2023 dans ce qui était anciennement le Fourquet Fourchette, une institution gastronomique appréciée des Chamblyens et Chamblyennes depuis plus de 20 ans. Des rénovations et un aménagement mettant en valeur la vue sur l’eau sont en cours. Se côtoieront dans l’espace : des bureaux, des aires de travail décloisonnées, des salles de réunion et de conférence, ainsi qu’un laboratoire culinaire, qui accueillera aussi bien les employés que le public.

Une terrasse invitante où il fera bon manger, boire un café ou encore travailler au soleil bordera également le bâtiment. Plus qu’un lieu de travail, le campus sera un endroit de formation, de rencontres, de partage, et de découvertes. Le Strøm a bien hâte de pouvoir offrir un tel espace de vie à ses équipes, et d’accueillir la clientèle pour un repas, selon la philosophie culinaire d’inspiration nordique du chef Raphaël Podlasiewicz, qui a fait la renommée des espaces gastronomiques dans chacun des établissements Strøm.

MG 7287 RET - Aménager des bureaux à l’ère du travail hybride : Un défi contemporain Etage Vue 1 magazine - Aménager des bureaux à l’ère du travail hybride : Un défi contemporain

Sources

1 Travail hybride | L’écart se creuse entre employés et employeurs. (2023, 17 février). La Presse

2 Étude du CIRANO | Télétravail rime avec satisfaction. (2023, 16 février). La Presse

3 Des bureaux qui se réinventent | Avantages. (2016, 16 mars). Avantages.

4 Latini, S. (2022, 2 mars). L’ufficio del futuro sarà più smart : ma quali sono i rischi ? IPSOA Professionalità Quotidiana

5 Exit téléphone fixe, bonjour bureau virtuel. (2020, 1er septembre). La Presse