ss_loading

Infolettre Strøm

Abonnez-vous à l’infolettre Strøm afin de recevoir nos promotions exclusives, les articles du magazine et les événements à venir.

« * » indique les champs nécessaires

Genre*
Remarque: Comme l'a indiqué Statistique Canada, les Canadiens transgenres, transsexuels et intersexués devraient indiquer le genre (homme ou femme) auquel ils s'associent le plus.
Date de naissance
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Sélectionnez un spa

Retour en haut
Aide

La relation qu’entretient la société québécoise avec les religions est on ne peut plus particulière. Les églises qui se dressent fièrement dans notre paysage témoignent de la ferveur spirituelle qui animait autre- fois les communautés. Cependant, avec la Révolution tranquille, le Québec a connu une transformation sociale majeure, et les anciennes pratiques religieuses ont perdu de leur emprise sur la société, laissant place à une quête de nouveaux repères et à une émergence de valeurs laïques. Aujourd’hui, nous sommes confrontés à une situation où de nombreuses églises catholiques sont menacées de démolition, leurs murs chargés d’histoire témoignant de la transition profonde d’une société. Dans ce contexte, la nécessité des sanctuaires devient plus importante que jamais, tant pour préserver notre patrimoine architectural que pour répondre aux besoins spirituels de notre époque. Quels sont les espaces sacrés d’aujourd’hui, quelles pratiques occupent ces lieux, quelles motivations habitent les gens en quête de spiritualités nouvelles?

Comme l’ont si bien dit les historiens de l’architecture Luc Noppen et Lucie K. Morisset, au Québec, « nos églises sont nos châteaux ». Cette citation met en lumière la valeur unique que revêtent les églises dans la province. Alors qu’en Europe, les joyaux architecturaux sont des résidences privées, au Québec, ce sont nos églises, espaces collectifs et communautaires, qui portent cette distinction. Ces lieux de recueillement, avec leur architecture soigneusement conçue, jouent un rôle crucial pour élever le corps, le cœur, l’âme et l’esprit. Ils représentent non seulement des structures physiques, mais aussi des lieux où l’histoire, la spiritualité et la communauté se rejoignent.

En explorant l’importance des sanctuaires dans notre société contemporaine, on met en évidence à la fois les anciens sanctuaires qui doivent se réinventer, et les nouveaux, qui offrent des expériences spirituelles renouvelées. Alors que nous réfléchissons à l’avenir de nos églises au Québec, il devient essentiel de trouver des moyens de transformer ces anciens sanctuaires en espaces qui répondent aux besoins actuels. Que ce soit par la réutilisation créative des structures existantes ou par la création de nouveaux bâtiments, il est important d’explorer des possibilités novatrices pour les formes de spiritualité contemporaines.

Bibli MCorriveau StephaneGroleau 290 WEB - De la nécessité du sanctuaire

Des espaces à requalifier, des vocations conservée 

Au Québec, le patrimoine bâti religieux offre un parc immobilier propice à la réinvention de la spiritualité au-delà des pratiques traditionnelles. Les églises trouvent aujourd’hui de nouvelles vocations qui leur permettent de continuer à jouer un rôle central dans la vie de la communauté. Leur architecture, empreinte de symboles et de majestuosité, contribue à élever nos sens et à nous connecter à des dimensions spirituelles plus profondes. Détachées de la religion, les églises offrent toutefois encore des espaces propices à la communion, au recueillement, à la réflexion et au soin, tout en s’inscrivant dans la lignée du service à la communauté.

Un exemple concret est celui du Théâtre Paradoxe, dans le sud-ouest de Montréal. Géré par un organisme culturel qui fait aussi de la réinsertion sociale, cet espace sacré a été réinventé pour accueillir des évènements. Avec sa grande salle à l’acoustique impeccable, le théâtre offre une communion de groupe, où les individus peuvent se rassembler, partager des émotions et expérimenter une forme de transcendance collective grâce à la musique. Cette réutilisation créative de l’architecture religieuse maintient une vocation communautaire et permet de nourrir l’âme à travers l’art devenu spiritualité.

On dit souvent des bibliothèques qu’elles sont des sanctuaires de savoir et de littérature. C’est d’autant plus vrai lorsqu’elles s’installent dans d’anciennes églises. La bibliothèque Monique-Corriveau, à Québec, et la chapelle des Sœurs-Grises récupérée par l’Université Concordia, à Montréal, en sont des exemples significatifs. Les lieux ont été transformés en aires de sérénité, offrant aux visiteurs un environnement propice au travail intellectuel, à la réflexion et à la contemplation. Les lignes élégantes et les espaces apaisants de l’architecture d’origine ont été sauvegardés, créant ainsi des espaces qui nourrissent notre être tout en préservant le silence et la tranquillité inhérente des lieux. Les visiteurs peuvent ainsi trouver la quiétude nécessaire à leur recueillement.

Enfin, Le Monastère des Augustines propose un exemple inspirant de réutilisation d’un couvent comme lieu de soins et de bien-être. Transformé en établissement d’héberge- ment, il offre aux visiteurs une expérience holistique de ressourcement et d’introspection. Les espaces réaménagés, en harmonie avec l’architecture d’origine, offrent des environnements propices à la relaxation et à la connexion intérieure.

Communion par l’art, sérénité du silence ou encore retraites de ressourcement… Ces exemples de reconversion témoignent de la richesse et de la diversité des possibilités offertes par l’architecture religieuse au Québec. Ils illustrent comment les endroits dédiés à la spiritualité peuvent évoluer pour répondre aux besoins contemporains, tout en préservant leur essence sacrée et en offrant des expériences renouvelées aux individus en quête de sens.

Pour de nouvelles formes de spiritualité

Outre la transformation des églises d’antan, nous observons aussi la création de nouveaux types de sanctuaires qui répondent aux besoins spirituels émergents. Ceux- ci relatent l’importance de l’architecture et des lieux sacrés au-delà des dogmes religieux. L’espace de méditation de l’UNESCO à Paris, conçu par l’architecte renommé Tadao Ando, en est un exemple évocateur. Sa conception minimaliste crée une atmosphère apaisante propice à l’élévation de l’esprit et à la recherche de la paix intérieure. Les lignes épurées, les jeux de lumière subtils et les matériaux soigneusement sélectionnés favorisent la contemplation et invitent les individus, quelles que soient leurs croyances, à se connecter à leur essence profonde. Cet espace sacré inclusif souligne le rôle essentiel que l’architecture joue dans notre quête de spiritualité, transcendant les frontières culturelles et religieuses. Il permet de souligner l’importance universelle des sanctuaires, qui peuvent aujourd’hui prendre une multitude de formes.

Passerelle 2e niveau 04 WEB - De la nécessité du sanctuaire

SE RÉAPPROPRIER LES SANCTUAIRES

Devant la disparition progressive des anciennes pratiques religieuses et à la nécessité de renouveler nos façons de pratiquer la spiritualité, il est crucial de reconnaître l’importance des sanctuaires dans notre société moderne. Malgré notre détachement de la religion, les espaces spirituels continuent de jouer un rôle essentiel en offrant des lieux d’introspection et de connexion à quelque chose de plus grand que soi.

Parfois, ces lieux prennent des formes surprenantes. Si certains préfèrent ceux empreints d’une majestuosité comme nos anciennes églises, d’autres trouvent aussi cette connexion spirituelle et ce réconfort dans la nature. La spiritualité peut aussi vivre à travers les traditions et les rituels que l’on pratique avec nos proches, et le sanctuaire deviendra dès lors l’endroit où nous prenons simplement le temps d’être ensemble pour vrai.

En somme, la préservation et la création des sanctuaires, qu’ils soient anciens ou nouveaux, religieux ou non, ne se limitent pas à une question architecturale, mais s’étendent à la valorisation de leur vocation et de leur utilisation. Ce sont des espaces qui nous nourrissent, qui nous connectent à une dimension plus profonde de notre être et qui renforcent les liens qui nous unissent en tant que communauté. En prenant soin de ces sanctuaires et en veillant à leur évolution en harmonie avec notre époque, nous préservons notre héritage culturel tout en créant des lieux où tous et toutes peuvent continuer de développer spiritualité et bien-être.