Boldwin, la bière qui voulait changer le monde

Strom spa nordique

Succès d’ici – Responsabilité sociale d’entreprise

« Changer le monde une gorgée à la fois », voilà la mission que s’est donnée New Deal, une microbrasserie engagée qui produit des bières biologiques et artisanales. En un an d’existence, cette petite entreprise de Boucherville a développé 3 bières régulières et plusieurs éditions spéciales distribuées partout à travers le Québec.  Bières de soif goûteuses et rafraîchissantes, les Boldwin (la marque de bière de la Brasserie New Deal) plaisent aux québécois, surtout quand on sait qu’elles sont porteuses d’une véritable mission sociale.

Rencontre avec une équipe d’artisans passionnés et engagés.

Faire les affaires différemment

 Se tailler une place dans le marché de la bière, qui compte d’innombrables joueurs et dont plusieurs sont établis depuis longtemps, n’est pas une mince affaire. Se distinguer est donc absolument nécessaire, et c’est justement ce qu’a fait la Brasserie New Deal en lançant sa gamme de bières responsables faites avec des céréales et du houblon biologiques du Québec.

« On a voulu entrer dans le marché avec une approche complètement différente. Une approche de responsabilité sociale reflétant nos valeurs. On a voulu créer une bière de grande qualité qui respecte les valeurs qui sont chères aux gens d’ici, que ce soit la communauté, le respect de l’environnement ou encore la qualité des ingrédients utilisés. C’est cette réflexion qui a été le moteur de toute cette aventure », nous explique Jean-François Giguère, chef du marketing chez New Deal.

 La bière comme agent de changement

L’entreprise s’est fixé une mission audacieuse et n’hésite pas à prendre les grands moyens pour la réaliser. « Pour nous, il est fondamental de faire ce qu’on dit et d’être dans l’action. Tout repose sur nos quatre piliers : la production biologique, l’approvisionnement local, la réduction de notre empreinte écologique et des pratiques de gestion équitables », souligne Jean-François Giguère. Concrètement comment tout ça se traduit-il?  « Nous achetons tout notre houblon bio et la majorité de notre malte (biologique) chez des petits producteurs d’ici. », nous dit M. Giguère. « Pour réduire notre empreinte environnementale, continue-t-il, nous avons choisi de vendre nos bières exclusivement en canette, un emballage 100 % recyclé et recyclable (ce qui n’est malheureusement pas le cas du verre, au Québec, qui est concassé et enfoui en fin de vie. L’aluminium est aussi plus léger que le verre, ce qui favorise une économie de carburant lors du transport. » « Aussi, nous donnons notre drêche (les résidus de brassage des céréales lors de la fabrication de la bière) à plusieurs entreprises locales, qui la récupèrent en l’utilisant pour la confection de pains, de savons, de biscuits à chiens, et même pour nourrir leur bétail. ». Côté social, l’entreprise a établi son salaire minimum à 15 $ l’heure et a fait le choix de ne pas automatiser une partie de sa chaîne de production afin de réserver certaines tâches à des travailleurs provenant d’un organisme, qui soutient l’intégration au travail de personnes handicapées.  « On est bien content de ça et on aimerait développer davantage de partenariats de ce genre avec les organismes de la région », souligne-t-il.

 Des bières pour tous

Simples et savoureuses, les bières Boldwin s’adressent davantage au grand public qu’aux fins connaisseurs : « On voulait que les gens qui goûtent à nos produits aient un plaisir d’entrée dans le monde des microbrasseries et qu’ils aient envie d’en boire plus qu’une. », précise monsieur Giguère.

Actuellement, la brasserie propose trois bières régulières : une blonde Pale Ale américaine, une rousse et une IPA américaine. Quelques éditions spéciales sont concoctées occasionnellement par le directeur des opérations, Martin Audet, qui est notamment responsable d’élaborer les recettes et de développer de nouvelles bières.

« Je suis toujours en train de penser à de nouvelles recettes que j’aimerais expérimenter. Récemment, on a sorti une White IPA qui a connu un super succès et qui risque bien de devenir une de nos bières régulières. On finalise également la production d’une bière sûre aux camerises, qui sera offerte dès l’automne. On veut aussi brasser une édition spéciale avec du houblon frais pour le temps des Fêtes : une SMASH (de l’expression anglaise “single malt, single hop”), qui est une bière faite à partir d’un seul type de malt et d’un seul type de houblon. On peut s’attendre à une bière très aromatique qui se caractérisera par des arômes citronnés et herbacés », nous annonce Martin Audet.

Accords bières et mets

 Pale Ale : rafraîchissante, légèrement sucrée avec des notes de fruits.

Accord : poulet sauté avec sauce à la crème citronnée

IPA : belle amertume avec des notes de pamplemousse, d’herbes et d’abricot.

Accord : steak et frites

Bitter extra spéciale : une rousse ronde et crémeuse avec une subtile pointe d’amertume et une finale d’érable et de sucre d’orge.

Accord : un plateau de fromages et de charcuteries.

Et pour le futur ?

Expansion, consolidation et innovation, le futur semble déjà être en train de se dessiner pour l’entreprise.

 « On veut continuer notre exploration de produits, s’amuser à développer de nouvelles recettes. On veut aussi poursuivre notre avancée de responsabilité sociale, multiplier les initiatives originales, et finalement consolider notre présence dans le marché. Mais plus que tout, on souhaite que les Québécois continuent de nous découvrir et de boire nos bières pour leur goût, mais aussi parce qu’elles respectent leurs valeurs », nous confie Jean-François Giguère.

Un succès florissant : levons-y notre verre !

 *crédit photo New Deal

* Vous pouvez déguster la Boldwin au Strøm spa de l’Île-des-Sœurs

 

VOUS AIMERIEZ AUSSI CES ARTICLES

Parmentier de canard confit

Salade de betteraves au miel

Gravlax de saumon à la betterave

 



Tous droits réservés © 2018 Strøm spa nordique

Facebook Twitter