Les couleurs du massageselon Pierre Blais

Nous avons invité Pierre Blais à venir nous parler de massothérapie et de la quête d’un équilibre de vie. Au Strøm, nous croyons fermement qu’un équilibre est possible lorsque toutes les sphères de la vie sont en harmonie. À travers l’expertise, l’expérience et les cas vécus de Pierre Blais, nous souhaitons vous partager et vous faire découvrir, à tous les mois, les relations entre le corps, l’esprit et la connaissance de soi.

Ce mois-ci, pour célébrer l’automne, nous parlerons des couleurs du massage !

Vous aimeriez aussi l’entrevue : « L’énergie selon Pierre ». Cliquez ici

Entrevue

En cette merveilleuse période automnale, quoi de plus approprié que de parler de couleurs. Tout comme un paysage se métamorphosant sous nos yeux, le massage peut nous faire vivre toute une palette de sensations.

Si le massage est une science, il est tout autant sinon plus un art. C’est pourquoi au Strøm spa nous accordons une attention toute particulière au recrutement et à la formation de nos massothérapeutes. Provenant de différentes écoles et ayant donc différentes philosophies, les massothérapeutes sont invités chez nous à exprimer leurs couleurs tout en respectant un plan de traitement structuré afin de répondre à vos besoins.

Établir la relation

Lors d’une première rencontre avec le massothérapeute qui nous est attitré, et avant même que le massage ne débute, on se sent à l’aise ou pas. Il suffit d’une poignée de main, d’un regard attentif et d’un accueil rassurant pour que notre cerveau analyse et anticipe déjà ce qui viendra. Pour sa part, le massothérapeute est déjà en mode écoute afin de sentir ce dont son client a besoin, le tout étant précisé par le questionnaire-santé. Les habitués de la massothérapie seront à même de sentir s’ils sont entre bonnes mains dès les toutes premières manœuvres de massage.

Dans cette relation qui s’établit entre le client et son massothérapeute, un point demeure fondamental, soit que le client sente que le massothérapeute facilite son introspection, c’est-à-dire qu’il lui offre un moment où il peut « se sentir, se rencontrer ». Dans tous les cas, l’essentiel est que le client reçoive ce qu’il souhaite vivre lors de son massage.

Rythme, profondeur et espace pour un massage coloré

Dans une chronique précédente dont le thème était le plaisir, j’ai évoqué cette importante relation entre le rythme du massage et sa profondeur. Étant utilisés de façons différentes par chaque massothérapeute, le rythme et la profondeur caractériseront les différents styles de chaque professionnel. On reconnaîtra l’expert du massage à sa capacité de faire évoluer le traitement, soit à voir le corps accepter une profondeur de traitement croissante, profondeur qui d’entrée de jeu aurait été trop forte. Par l’utilisation de différentes techniques, mais aussi par la capacité du massothérapeute à faire évoluer chacune des manœuvres d’un plan superficiel à un plan plus profond, on pourra sentir à quel point un massage est une création riche de sensations et de couleurs. Ce n’est pas sans raison qu’une fois qu’un client a trouvé SON massothérapeute, une fidélité et une confiance s’établira à plus long terme.

 

Plus la profondeur du massage se voudra grande, plus son rythme doit diminuer. Il en sera de même pour les manœuvres plus aériennes à savoir que certains ébranlements pourront être très rythmés mais que les étirements profonds se feront dans une grande lenteur, le tout accompagné de bonnes et longues expirations.

Parlant de respiration, le client doit également faire partie de cette danse à deux qu’est le massage en ressentant les manœuvres et en les accompagnant par des expirations tout juste un peu plus longues et profondes. Inutile de forcer le tout, il faut surtout laisser aller.

Éloge de la lenteur

Dans un monde où tout va vite, nous avons besoin de moments-refuges où nous pouvons « décrocher ». Encore une fois, une des clés essentielles du massage qui saura nous faire décrocher est la lenteur du geste permettant cette plus grande profondeur lors des manœuvres. Pour agir, cette lenteur aura été installée dans un massage évolutif où elle n’aura pas été constante, mais amenée au fil des manœuvres. Pour obtenir cette clé, le massothérapeute doit faire preuve de savoir-être, soit d’être centré. Mine de rien, il n’est pas simple de ralentir son rythme en massage, pas plus qu’il n’est facile de ralentir dans notre propre vie.

Superficie de contact

Dès qu’un humain touche un autre être humain, il y a sensation, analyse et réponse adaptée. Dans le cadre d’un massage, une des couleurs intéressantes est l’augmentation de la superficie de contact. Tout massothérapeute apprend son métier en utilisant majoritairement ses mains dans l’exécution des manœuvres, mais il est facile de comprendre que le fait d’utiliser l’avant-bras, par exemple, permet une plus grande superficie de contact et, à quel point cela entraine plus de couleurs et de sensations. En ce sens, une formation offerte à tous les massothérapeutes du Strøm permet l’apprentissage et le perfectionnement de ces manœuvres très peu expérimentées dans le cadre d’une formation professionnelle de base.

 

Cas vécu

En tant que formateur prénatal et surtout d’accompagnant à la naissance, je dois beaucoup à ces femmes qui en salle de travail m’ont permis de constater la force avec laquelle l’apport du toucher était inscrit dans notre expérience d’être humain. Je retiens particulièrement ces moments de contractions douloureuses où tout mouvement de massage aurait été reçu comme une agression. En fait, le toucher en guise de support était incroyablement réconfortant et soulageant lorsqu’il n’y avait aucun mouvement. Cela illustre pour moi l’importance du lien entre le rythme et la profondeur lors du massage. Encore une fois, ralentir notre geste demeure un exercice d’attention de tous les moments. Aussitôt que nous arrivons à ralentir la cadence, nous ressentons mieux et plus, un peu comme lorsqu’on déguste un mets plutôt que de l’avaler. Combien de fois à mes débuts ai-je observé que le simple fait de plaquer ma main dans le bas du dos d’une cliente en travail était tout ce qui était nécessaire pour sérieusement diminuer la douleur ressentie.

Je vous invite à tenter l’expérience de « Ralentir pour réussir ». En référence, je vous laisse les coordonnées du livre du même nom, écrit par mon ami David Bernard : Ralentir pour réussir, www.davidbernard.ca.

Bon massage.

 

Pierre Blais